Mais qu'est-ce que le web visuel en fait ? Les spécialistes en marketing de la marque prennent la parole

À présent, tous les spécialistes du marketing numérique ont pris conscience de la valeur du marketing visuel. Le fait d'intégrer des photos ou des supports marketing numériques sur des sites, et d'utiliser des stratégies de médias sociaux, contribuent à augmenter la participation et les partages en ligne. Des études ont montré que nous traitons les images 60 000 fois plus rapidement que le texte, et que les supports visuels peuvent améliorer jusqu'à 400 % notre capacité d'apprentissage.

Mais qu'est-ce que le web visuel exactement ? Est-ce un phénomène découlant des réseaux sociaux ? Induit par la mobilité ? Ou bien serait-ce un concept créé de toutes pièces par les annonceurs pour que les internautes voient enfin les bannières ? Il s'avère que c'est tout cela à la fois, et plus encore.

Le web visuel est partout

Il est facile de constater que le web visuel est « en train de bouleverser le paysage médiatique et publicitaire ».L'été dernier, le concept a remporté une « victoire » lorsque la Maison-Blanche a changé son règlement et décidé de laisser les visiteurs prendre des photos et des selfies. « C'est quelque chose que l'on ne peut ni changer ni empêcher », a commenté le responsable du service numérique de l'Université de Harvard. « La Maison-Blanche est en train de faire ce que nous conseillons aux marques de faire systématiquement… utiliser du contenu visuel pour faire intervenir d'autres voix que celles de la marque ».

Apparemment, ce conseil est entendu. Selon une étude récente du cabinet eMarketer, 90 % des marketeurs considèrent désormais que les éléments visuels « jouent un rôle important dans leurs activités marketing quotidiennes », et 70 % les jugent « très importants ». Interrogés sur leurs projets pour les six prochains mois, 74 % ont indiqué avoir l'intention d'utiliser des vidéos, 71 % ont confié qu'ils essaieront la photographie personnalisée et près de 62 % des spécialistes de la marque intégreront davantage de photographies issues de banques d'images dans leurs programmes marketing.

Ces réponses s'expliquent en grande partie par l'efficacité des images pour créer le lien avec les consommateurs en ligne. Par exemple, les publications Twitter qui comportent des photos peuvent générer 35 % de retweets en plus par rapport à celles qui n'en contiennent pas.

L'argent et le sens du web visuel

Certains disent que le web visuel représente une « tendance de plusieurs milliards de dollars » depuis 2013. Cela suppose qu'il est principalement composé de sites de médias sociaux basés sur les images, comme Instagram, Pinterest et Tumblr.

Les médias sociaux contribuent incontestablement à la croissance colossale du web visuel. Il suffit de regarder Facebook. Outre les photos et des vidéos, le réseau social a misé gros sur les autocollants.Ce sont des images et des animations que les utilisateurs de Facebook et de Facebook Messenger peuvent publier dans leurs messages et commentaires ou envoyer à leurs amis dans les discussions instantanées.

Leur succès a même poussé Facebook à établir un partenariat avec des annonceurs pour créer des autocollants personnalisés pour des films et des marques. En 2013, le groupe a lancé sa première collection d'autocollants inspirés du film d'animation « Moi, moche et méchant 2013 » produit par Universal Pictures, et a réitéré l'expérience avec LEGO et des jeux mobiles tels que Candy Crush et Cut the Rope.

Le fait est que le web visuel revêt des formes multiples, des blogs et des réseaux sociaux en passant par les sites mobiles, car chacun de ces canaux est parfaitement adapté à l'hébergement de contenu visuel.

Au début de l'année, le responsable de la région EMEA, Nicola Mendelsohn, a déclaré à propos des autocollants : « Considérez-les comme la prochaine version de LOL ou MDR, où les images ont remplacé les mots pour transmettre des émotions dans des échanges privés ». En d'autres termes, les autocollants numériques de ce type permettent plus facilement de communiquer sans texte, tout en offrant aux internautes la possibilité d'enrichir leurs conversations par des références amusantes à la culture populaire.

En discutant de l'importance grandissante des animations web, Mendelsohn a également souligné l'impact du rythme de vie effréné et du flot d'informations auquel nous sommes tous confrontés quotidiennement. Dans le but d'attirer l'attention des consommateurs en ligne, les entreprises ont largement troqué le texte contre les images.Si un message peut être transmis efficacement par une image qui est vue en quelques secondes, les marques peuvent proposer davantage d'informations aux clients potentiels. La popularité des émoticônes est un exemple parfait.. À Halloween, lorsque la chaîne Pizza Hut a publié une image sur Twitter,elle a choisi de remplacer le texte par des émoticônes. Non seulement le message était clair, « les pizzas et Halloween vont bien ensemble », mais il s'est propagé très rapidement. Cette stratégie simple a valu plus de 160 retweets et près de 500 favoris à la chaîne de restaurants. Ce n'est pas pour rien que l'on qualifie le contenu visuel de « snackable », c'est-à-dire facile à consommer. Il se digère plus facilement.

Les désaccords

En dépit de leur investissement dans le web visuel, les avis des spécialistes du marketing sont mitigés quant à la définition du concept. Une récente étude menée par la plate-forme de marketing numérique basée sur l'image GumGum a révélé que 26 % des marques aux États-Unis considèrent le web visuel comme un « phénomène des médias sociaux engendré par les appareils photo des smartphones et entretenu par la prolifération des sites de partage de photos », tandis que 19 % d'entre elles pensent qu'il s'agit d'une expérience utilisateur liée aux appareils mobiles et aux écrans plus petits. D'autres encore attribuent ce phénomène au penchant naturel de l'être humain pour les histoires, la publicité native, la science des données ou la recherche.

Curieusement, plus de 55 % des spécialistes du marketing interrogés estiment que c'est tout cela à la fois.

Le fait est que le web visuel revêt des formes multiples, des blogs et des réseaux sociaux en passant par les sites mobiles, car chacun de ces canaux est parfaitement adapté à l'hébergement de contenu visuel. Ces spécialistes ne sont peut-être pas d'accord sur la façon de décrire le phénomène, mais ils s'accordent tous à reconnaître son importance.

C'est facile de s'en rendre compte.

Découvrez de quelle manière nous pouvons aider votre équipe.

Les champs indiqués en rouge sont obligatoires ou non valides.

Merci

Nous avons reçu votre demande. Un de nos spécialistes vous contactera prochainement.